Pages Insulaires

  • Accueil
  • > Le désenchantement de la littérature et autres réflexions

23 juin, 2008

Le désenchantement de la littérature et autres réflexions

parterreverbal @ 20:03

Autres réflexions sur le désenchantement…

Une première chose m’étonne ! Le nombre de visites à cet article consacré au livre de Richard Millet. Est-ce mon point de vue qui fascine, le livre de Richard Milet ou le désenchantement littéraire tout simplement ?? Je n’ai pas la réponse à cela, mais peu importe ! J’ai publié cette note en 2008, et à l’époque je m’étonnais de la déviance particulière de l’auteur quant à ses propos politiques penchant vers la xénophobie. Il me semblait que son livre avait quelques points positifs et que ce « désenchantement » évoqué était juste. Je le percevais également, mais toutefois d’une autre manière que Richard Millet. Les autres articles sur ce blog éclaireront suffisamment le lecteur pour qu’il se fasse sa propre opinion sur mon point de vue. En bref, je pense que l’Etat, entre autres, avec la complicité des grandes industries, de la finance et d’autres mal-pensants ont fabriqué une sous-culture, et plutôt que de tirer vers le haut le peuple, ils ont fait en sorte, d’une part de l’appauvrir économiquement, et d’autre part de le sevrer de contre-vérités intellectuelles et de gadgets inutiles !

La seconde chose étonnante est de constater qu’il a fallu plusieurs années pour que ses pairs, ses collègues travaillant, siégeant à ses côtés chez Gallimard s’aperçoivent que Richard Millet était un être douteux et controversé politiquement…  Il eut beau se défendre, il a franchi un pas que la bonne conscience intellectuelle de ses égaux ne pouvait partager (surtout médiatiquement…) ! Ils découvraient tout à coup un Richard Millet extrémiste, ou pour le moins, aux pensées d’un radicalisme dangereux ! Que pouvons-nous en conclure ? Que Richard Millet n’a jamais été lu par les membres des Editons Gallimard et encore moins par les auteurs lambda tels Nora, Ernaux, Le Clézio, Nothomb… ou alors, qu’ils ne savent pas lire, dans ce cas l’affaire est grave ! Mais rien d’étonnant à cela lorsque l’on lit les romans publiés par la plupart des éditeurs, les uns ne savent pas écrire, les autres surfent sur les affaires courantes comme un consommateur achetant du beurre X parce que le panneau publicitaire le lui indique !

Concluons ? Je suis méchant, arrogant ou inculte pour écrire de pareilles choses. Peut-être ? Il n’empêche que Richard Millet a du talent mais qu’il est navrant qu’il l’emploie si mal. On pourrait le dire pour d’autres, bien sûr ! Mais Benasayag, Chomsky, Annie Breton, Chesnais, Debry, Paraire sont d’une autre envergure et s’ils n’écrivent pas de romans, leurs essais sont les véritables romans de la vie intellectuelle !

Désenchantement de la littérature, Richard Millet. Editions Gallimard  *

Quel livre ne peut interpeller le lecteur lorsqu’il parle littérature et que son titre en énonce la perte enchanteresse ? Si l’on peut suggérer que les temps sont difficiles, lourds, incertains, emprunts des contradictions les plus profondes, c’est parce qu’il me semble, à moi, lecteur d’un paysage littéraire en pleine évolution, que le risque est grand de voir se réduire l’immense champ de la création artistique à un ghetto sans issue. Ce livre n’est pas le premier du genre, rappelons La littérature en péril de Todorov,Le péril de la censure de Durand, La destruction de la culture (collectif). Cette répétition des termes en tant que titre ne laisse pas sans se poser des questions, même si certains diront qu’ailleurs, avant, au-delà de cette vue, forcément partiale, puisqu’elle me touche, et que je ne suis pas sensé en appréhender la réalité globale en tant que lecteur, en fut toujours ainsi. Ce livre de Richard Millet, dont le style dans ses romans, se « veut l’héritier de la grande prose française » a fait gloser lors de sa parution pour l’une de ses phrases dans laquelle il déclare : « qu’on lui montrât le Proust des papous, le Tolstoï des Zoulous…à l’héritage commun de la civilisation universelle dans laquelle les Papous n’ont joué aucun rôle.. ». Je ne reviendrai pas sur cette assertion pour le moins étonnante dans ces pages où la lucidité demeure présente car « le lisible n’étant aujourd’hui qu’une dimension de la visibilité médiatique qui est devenue une mesure du temps humain… », en parallèle avec la plus totale xénophobie car « ne plus se sentir français, se délocaliser, s’absenter, c’est refuser le seul os donné à ronger aux malheureux qui se croiraient encore dans le cadre d’une nation. » Qui sont les malheureux ? Certes, la langue française, et d’autres sont là pour le dire ou l’avoir dit, comme Todorov, Cioran, est « un chef d’œuvre, qu’il s’agit ici non pas d’idéaliser par nostalgie ou conservatisme mais de considérer comme une œuvre collective en quête de texte souverain.. ».  Toutefois dans le paysage actuel, l’auteur mêle trop allégrement, le métissage, l’homosexualité qu’il considère comme « une inversion des valeurs » au même titre que l’antiracisme, le show-business, les lobbies minoritaires… tout en s’interrogeant « sur un monde déjà fictionnalisé par le mensonge. » Par contre, dit-il, lucide : « Nous sommes non pas des citoyens du monde, mais des habitants tout à la fois repus et dévoyés d’une Europe vouée à n’être qu’un ersatz des Etats-Unis d’Amérique… ». Mais à nouveau réducteur dans son analyse des choses pour qui « que
la France est morte en 1763, à la signature du Traité de Paris par quoi elle renonçait à l’Amérique et aux Indes ». C’est vouloir faire l’éloge d’un colonialisme alors que la parole occidentale n’est pas à mon sens plus valable que celle d’un Inca ou d’un Indien domestiqué par les armes et l’alcool, sous le couvert de la religion. Quant à l’Europe, elle est morte en 1789 pour Richard Millet lequel « vivant, le seul territoire supranational (qu’il reconnaisse est) : l’Europe chrétienne. » La littérature,  la culture sont en voie de destruction ; le décervelage « bat son plein » ; la technique n’a pas apporté, ni le salut pour nos sens, ni la voie vers la sagesse, mais l’idée de la supériorité de l’homme sur toutes choses. Nous sommes en des temps de recul, de retrait, peut-être même en voie de disparition, mais l’instinct de conservation reste le plus fort. Mais il ne sert à rien de chercher dans le passé un autre futur, bien au contraire, la seule victoire est celle d’assumer ce présent pour mieux ouvrir l’avenir. Il ne s’agit donc pas d’abdiquer, malgré « la raréfaction, l’agglutinement, la perte du cri » et même si « la littérature ne pèse plus rien » ou que la culture s’achève paradoxalement au moment où tout homme … « grâce à l’ordinateur, peut disposer d’à peu près la totalité des savoirs de l’humanité et ne veut ou n’en peut plus rien faire…  Alors s’il y a désenchantement, déclin, dépossession, péril, perte.. il y aussi résistance, création, volonté, détermination. Mais hors de toute religiosité et tout dogmatisme.

* Richard Millet vient de publier un livre pour répondre à « ses » critiques, sous-titré : Essai de démonologie…  sans intérêt (Ndlr..)

6 Réponses à “Le désenchantement de la littérature et autres réflexions”

  1. bonjour !!!
    pouvez vous traduire en français ? merci bien.

  2. Red Sox #18 Shane Victorino White Cool Base 2013 World Series Patch Stitched MLB Jersey dit :

    An fascinating discussion could be worth comment. I think you should write on this topic, it might undoubtedly be a taboo topic but generally folks are not enough to dicuss on such topics. To a higher. Cheers
    Red Sox #18 Shane Victorino White Cool Base 2013 World Series Patch Stitched MLB Jersey http://www.jelinek.eu/pagenews.php?pid=5181

  3. asics running shoes black dit :

    Of course, what a splendid website and illuminating posts, I will bookmark your website.Have an awsome day!
    asics running shoes black http://www.aafha.org/books.cfm

  4. Nike Air Max 90 España dit :

    Your mode of describing all in this paragraph is in fact nice, all be capable of effortlessly understand it, Thanks a lot.
    Nike Air Max 90 España http://www.g-santalla.com/Nike-Air-Max-90-Espana-196845.htm

  5. Billiga Nike Air Max Rea dit :

    Fabulous, what a website it is! This website gives valuable facts to us, keep it up.
    Billiga Nike Air Max Rea http://www.cigarren.nu/

  6. http://www.epcmississauga.com/vansis.cfm dit :

    Nice read, I just passed this onto a friend who was doing a little research on that. And he actually bought me lunch because I found it for him smile Thus let me rephrase that: Thanks for lunch!
    http://www.epcmississauga.com/vansis.cfm http://www.epcmississauga.com/vansis.cfm

Laisser un commentaire

passionbulgarie |
aboubakry |
ECOLE NORMALE DE FILLES D'O... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE
| Ma classe maternelle 2008/2009