Pages Insulaires

  • Accueil
  • > Les dettes illégitimes, François Chesnais

15 juin, 2013

Les dettes illégitimes, François Chesnais

parterreverbal @ 18:28

Ce livre a été publié par les Editions Raisons d’Agir en 2011. Tout le monde a entendu parler de cette dette due par les Etats aux banques, engendrant une réduction des acquis sociaux dans tous les pays, principalement occidentaux. Lors du dernier crash boursier, aucun gouvernement ne s’est véritablement remis en cause et a opté délibérément pour le soutien aux banques ! Bien entendu, dans certains pays, le peuple a résisté, s’est indigné mais au final, les récessions sociales se sont accentuées. En France, il y a eu une résistance contre la modification du régime des retraites, mais celle-ci n’a abouti qu’à une énième déconvenue. Que reste-t-il de tout cela aujourd’hui ? Pas grand-chose ! Certes, partout il est ressenti un désir de ne pas continuer à se laisser gouverner par des politiciens irresponsables et odieux mais ce qui pourrait être le vecteur vers un changement radical de société n’a pas encore pénétré l’esprit des populations. On voit que pour l’instant le printemps arabe n’a pas laissé place à l’été escompté et que sur les places révolutionnaires de ces pays, il demeure à bâtir des sociétés plus justes et plus humaines.

Je ne pourrais résumer ce livre, car ne l’oublions pas, il s’agit d’un essai explicatif sur les dettes illégitimes. Mais en quoi le sont-elles ? Elles le sont pour la simple et bonne raison que les banques sont l’acteur d’échange de la valeur « monnaie » dans le commerce. Tant que « le rôle des banques (sera) de fournir du crédit commercial à très court terme et des prêts à plus longs termes », le problème sera présent, d’autant que « ce rôle est indispensable au fonctionnement du capitalisme ». Ainsi la libéralisation des échanges, la spéculation boursière, la prise en charge par les Etats « du fort endettement des banques et des promoteurs immobiliers » ont contribué à créer cet effet de dettes, d’autant que, entre 1980 et 2008, ce sont les banques qui se sont le plus endettées, leur taux passant de 18 à 119 % du PIB pour les seuls Etats-Unis. Evidement la crise économique et financière, ainsi que « les politiques de rigueur budgétaire et de réduction salariale suivies dans la zone euro » sont les deux causes de l’effet dévastateur sur la situation économique actuelle. Comme l’écrit François Chesnais, « le bilan de trois décennies de libéralisation financière et de quatre années de crise pose (…) la question de l’utilité économique et sociale des banques dans leur forme actuelle », lesquelles ne nourrissent plus l’activité économique mais la spéculation ! Il est à noter que tout ce qui a été acquis au cours des décennies précédentes s’est fait sans argent ou mieux « sans finance », ce qui en dit long sur l’impact négatif des banques sur la société. Et ces « conglomérats financiers » se sont internationalisés et ont créé de multiples filiales qui ont pour la plupart leurs résidences dans les paradis fiscaux. Pour ce qui concerne la zone euro, les Etats ont donc connu un accroissement de leur endettement en raison du sauvetage des banques et de la récession économique. Aujourd’hui, il apparaît clairement quel que soit le gouvernement, qu’aucun d’entre eux ne veut remettre en cause le système de soutien aux banques, soit par faiblesse, soit par incapacité ou pire, par négligence morale vis-à-vis des millions de gens au chômage ! François Chesnais expose clairement où trouve sa source cette illégitimité de cette dette : « des dépenses élevées (…) sous forme de cadeaux faits au capital ; un niveau bas de la fiscalité directe (impôt sur le revenu, le capital et le profit des entreprises) ; et enfin une évasion fiscale importante ». Il s’ensuit que pour la France « le service des intérêts de la dette est la deuxième dépense de l’Etat après l’Education Nationale (hors universités). » et « que ce n’est plus de dictature des marchés qu’il faut parler, mais de (…) complicité des gouvernements avec la finance…. ».

Aujourd’hui, une énième refonte des retraites doit être effectuée, de toute urgence, semble-t-il !! Ainsi par cet endettement illégitime, « s’est mis en place pour des millions de salariés (…) le piège des retraites », avec un accroissement sans précédent des inégalités au profit des plus riches. La mise en place des différents traités a en outre accru la concurrence entre salariés et « accentué le mouvement de baisse des salaires réels. »

Quid des solutions ? Il n’en existe guère sinon la plus radicale d’entre elles qui consiste à ce que le peuple prenne son avenir en main, effectue une véritable révolution et se débarrasse de tous les parasites actuels, en premier lieu des dirigeants politiques et en second lieu tous les affairistes quel que soit leur bord ! Cela peut paraître utopique, mais cela viendra. Les indignés n’ont pas perdu la guerre, elle est seulement différée. La véritable voie est celle d’une société anarchiste, dans laquelle ce qui est produit équivaut au strict besoin. Que faut-il à l’homme de plus pour vivre, quand actuellement nous assistons à la destruction totale de la planète !?

Pour conclure, je dirai que ce livre est remarquable. Remarquable, parce qu’il va au fond des choses, est cohérent, et que l’auteur a effectué une juste analyse des évènements et des conséquences. Certes, parfois, pour quelques lecteurs, l’ensemble paraîtra difficile, mais François Chesnais a eu la bonne idée de faire figurer un glossaire en fin de volume pour expliciter certains termes. Au pire, la relecture de cet ouvrage ne sera pas un acte intellectuel inutile ni une perte de temps ! Cette note ne se veut pas un résumé, mais une simple prise de vue de ce livre qui contient autant de richesses intellectuelles que de rigueur rédactionnelle (on ne peut en dire autant des romans à la mode !). François Chesnais n’apporte pas de solution radicale, mais le lecteur, mis ainsi devant cette évidence des « dettes illégitimes », ne peut que se révolter, me semble-t-il ?!

 

Laisser un commentaire

passionbulgarie |
aboubakry |
ECOLE NORMALE DE FILLES D'O... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE
| Ma classe maternelle 2008/2009